La collection

Le concept d’acquisition des oeuvres…

Créé en 1983, le Musée du Petit Format est né d’un geste du très modeste Cercle Culturel des Rièzes et des Sarts qui, un jour de printemps 1981 s’avisa, comme on le ferait pour les bouteilles jetées à la mer, de lancer un message à des artistes dispersés dans le monde entier, les conviant ni plus ni moins à la première rencontre internationale du « Petit Format de Papier ». Ils étaient invités à envoyer par voie postale quelque part au pays des tiennes et des bauchés d’une Thiérache inconnue, leur réponse formulée en termes plastiques sur une feuille format Din-A4. En septembre, les services postaux de Couvin avaient déposé, dans le petit village de Cul-des-Sarts, 94 exemplaires de cette correspondance extraordinaire où se côtoyaient dessins, peintures, gravures, aquarelles, collages… En 1983, il en arrivait 225, et à la 3e biennale (succès oblige) 250 envois venus depuis New-York jusqu’au Japon se retrouvaient à ce rendez-vous aussi merveilleux qu’insolite. Ni un songe, ni un conte hors norme au cœur de ces collines boisées ; mais une réalité qui s’est renouvelée déjà 14 années durant et qui plus est, a laissé des traces d’une nature aussi rare que précieuse que rassemble cette collection de quelque 1200 œuvres ; une trentaine d’année plus tard cette collection avoisine les 3500 œuvres ; autant de témoins de la générosité et de l’émouvante sympathie des artistes.

Représentatif de la diversité des expressions et des techniques en cours dans l’art d’aujourd’hui, ce Musée, puisqu’il faut l’appeler par son nom, puisqu’il vient d’être reconnu par la Fédération Wallonie-Bruxelles, ne déploie guère, forcément, les fastes éblouissants des grandes institutions du même nom. Plus modestement, il propose à notre regard une lecture plus silencieuse, sur le ton de la confidence et d’une secrète connivence qui prospecte plus subtilement tous les replis, jusqu’en leur filigrane, de ces messages plastiques.

Sans doute ceux-ci, dont beaucoup peuvent se prévaloir de prestigieuses références, auraient-ils pu se relier, se replier sur soi, comme en un livre d’heures pour la délectation de quelques privilégiés. Ils se sont retrouvés plus heureusement dans une autre option plus ouverte et bien plus riche, dans celle que l’on pourrait définir comme musée pérégrinant, musée « valise ». Jusqu’à  ce jour, il a fait bien des voyages à travers notre pays et descendu dans le nord de la France et en Italie dans les centres d’accueil les plus variés.

Ce « PETIT FORMAT DE PAPIER », d’une dimension singulière ; « miracle du thaumaturge que le vieux Pays des Rièzes et des Sarts, recueillit un jour en son cœur frémissant » pour reprendre le propos si sensible de Nadia STAVAUX qui, avec l’artiste Gabriel BELGEONNE, eurent l’audace, inconsciente sans doute, de cette aventure, s’est si merveilleusement multiplié et épanoui, qu’aujourd’hui il peut rêver de l’écriture d’un nouvel avenir. Un avenir que cette région d’Entre Sambre et Meuse aura à cœur, nous en formons le vœu, de favoriser avec le même enthousiasme que celui qui a donné naissance à ce « Musée ».

Classeur1

© Musée du Petit Format  –  3850 œuvres sont conservées dans ces armoires (de 1 x 1,2 x 0,4 m).

Enregistrer

Copyright 2012